little flowers of faith: daisies                       little flowers of faith: daisies

Le blog de la Bergerie                         Sharing the faith . . . in English . . . et en français!   

 

The Archbishop of Paris Msgr Vingt-Trois, in view of the upcoming elections, has outlined our responsibilities as Christian leaders and as Christian voters. He urges us to keep our focus higher than the political fracas, to place our trust in a better force than any political power: in the Holy Spirit, in the Spirit of Christ, and to use this force to weather the upcoming political storm and to bring in the new creation…. Since we are also in the midst of election season, on this side of the Atlantic, I offer both the French and English version of Msgr Vingt-Trois sermon:

English

The gift of the Holy Spirit that we are invoking during this Mass for the new Parliament sessions (1) will certainly not be superficial for the political life of our country as we enter an important election time: presidential, legislative and municipal elections. But can the Holy Spirit have something to do with this debate? It is not futile to ask ourselves this question. In the light of the Word of God, as it is proposed tonight, I would like to bring up the gift of the Spirit given by Christ in the mystery of his resurrection and what it allows us to put forward in the public life.

1. Hope in the future.

In his letter to the Romans, Saint Paul proposes to us a Christian world-view and a vision of history. The Apostle invites us to consider that the reality of this world is not bound for failure or for nonsense or for non-existence. Every generation is called to face its difficulties but the pitfalls and stumbling blocks that mark just as much each of our personal lives as the lives of the societies we live in are not the key to our story. We are in the pangs of sufferings which are not the sufferings of death but the sufferings of giving birth.

Many of our contemporary fellowmen are in the grip of skepticism or cynicism: why propose solutions since there is nothing we can do about it… What's the point of choosing men or women to conduct the country's business since there are great chances that they will not change anything. In this context, it is up to the ones vying for our votes, to their greatness and merits, to defy the present times and to apply themselves to propose remedies.

How will they convince us to vote for them? Will they promise to every group of French people some generous benefits which will have to be paid by the next generation? Or will they attempt to express a vision of the common good that mobilizes everyone's energy? Where will they find the courage to say things as they are and not as we dream them up? How will they be able to give again confidence in the future without expressing how to "live together" and the tasks that our country needs to face?

It looks to me that the courage of saying the truth is the only way to give back the hope that requires a clear and unselfish vision. Only this courage will allow us to escape demagogy and face the real problems without going around them. A lot of the elected ones of the nation are convinced of the necessity of this courage. Many try to live up to it. Many mention it when speaking in private. I invite you to pray that this lucidity and this fortitude do not melt in the heat of the electoral campaigns.

2. The respect of people.

It would be showing contempt for the mind of voters to think that they make their decision based only on criterias from the medias or in function of their personal interest. It would be displaying contempt for the voters to judge them aloof of the interest of their country and of the necessary reforms. It would be showing contempt for the voters to think that all this information at their disposal does not influence their perception of the world and of the national interest.

On the contrary, a period of intensive elections can be the opportunity to develop in many people the sense of the common good and of the general interest. Is it permitted to suggest that the candidates who assume this pedagogical dimension of the votes are making a sound judgment because they are developing the necessary means to practice responsible politics?

3. The convictions and the exercise of power.

Can we go even further in this appeal to reason for the management of public affairs? To solicit the votes of voters implies to tell them something true on the programs that will be put in place. The overly attractive promises made do not confuse anyone and on the contrary undermines the credibility of those who make them.

But voters have a right to ask even more from the ones who expect their votes. They must know, and with clarity, their convictions on a certain number of questions for the future of human kind and for the respect of human dignity in our community. We can rejoice that some of the potential candidates and some of the yet-undeclared ones have made known their action plans on some of these very issues. We would love to hear their position on other subjects as well which are of great concern to all of us…

How far will they accept to go in using human beings as tools in their scientific research? How do they plan to handle the welcoming of foreigners in our country? What are the ways that they plan to put in place so there will be a better integration of the youth in the work force? How do they envision the management of the demographical evolution of our society and how do they plan to do the necessary sharing of the economy? It would be easy to add to this list or to expand on it more but you know all these issues better than I.

In any case, the worst possible answers would be to announce personal generous convictions in an effort to seduce voters but which would be shelved later in the name of the responsibilities of power. It is understandable that an economical program needs to be adapted to changing situations. But it is not permissible, and you know that well, to profess humanistic convictions "in private" and to contradict them once you have the responsibilities and the power to defend them and to translate them in the legislation.

4. Peace and security.

The Gospel of Saint John proclaims the promise of peace that Christ gives to his disciples. It is proclaimed, as you know, at each Mass before communion. Peace is a legitimate aspiration of every human being. That is why the promise that Christ gives to his followers to give them his peace looks so much as fulfilling a general expectation. But we, usually, do not pay as much attention to his next words: "It is not given to you in the same manner as the world gives it". The peace that Christ promises, and that he effectively gives, is not the simple social regulation of violence, but the complete peace of the ones who live in God's reconciliation in whom all recrimination against others and all resentment against ourselves find their peace.

We know very well that it is not in the power of any government to bring this peace which goes much farther than the constraints of legitimate security. Nonetheless, this promise allows us to measure however modestly the limits of the domination of violence by the force of the state. It is up to the ones who are in charge of the public safety to put in place the necessary means to safeguard this civil peace. But they know that this imposed level of security is only the first degree of a true social peace.

Peace between citizens cannot be reduced to this first degree, but must feed a higher ambition: to advance the favorable conditions for a peaceful coexistence between the different members of society. These favorable conditions are first, obviously, the respect of religious convictions and particular cultures, to which must contribute the education to a true citizenry (2). It is also a determinate investment of the public power in a fair distribution of the resources and the common services . It is finally the application of the political means for the development of intermediary bodies which contribute to the creation and development of the social fabric: family, associations, unions, etc…

The security and peace of our country depends obviously of our relationships with the world. It would be an illusion to think that the closing of our country to the foreign economies and cultures will be a proof of security and peace. There cannot be any durable peace in any country without a strong involvement in dialogue with other countries in an effort to ensure progress for the better and fairer sharing of human wealth and for the more real sharing of risks, natural or economics.

So it is first of all a question of education in solidarity that builds peace and not the turning inward on what we already have. This difficulty can be a necessary mean to enrich the progress to social integration. In any case it cannot be a substitute for it.

In mentioning quickly a few of the questions that will impose themselves on our society in the months to come, I am aware that I meet some of the questions that you think about and which are the reason for your actions as citizens. I am especially aware of having formulated objectives that are beyond the human individual possibilities and which showcase that much more the greatness of the mandates received by the voters.

But allow me to share with you the foundation of my hope for the future. Without a doubt, presumably, We still do not need to wait for heaven on earth. We still do not have, no matter how strong a political majority is reached, the possibility to achieve all the tasks present. We still are expected to bear the fact that our country will be faced with a variety of challenges. But the vitality of our country, the generosity of the men and women who are sincerely engaged in serving others are realities that can change many things. The inescapable challenges in every human existence as well as in the history of every society can become the sufferings of a new birth if we live them in real solidarity, if we build a brotherhood that gives its meaning to liberty and equality. It is our mission, to us, Christians, to recognize the divine energy, the Spirit of Christ, who lives in every human effort to build a better world. And what motivates our own involvement in the building of this society, what renews our strength when our struggles appear vain in the eyes of men, it is that we know that God prepares for us a new world and that everyone of our effort is, as Saint Paul calls "our moanings" - the ones from every men and from the whole creation - shaping the material that the Spirit will transform. In this Eucharist, let's welcome the gift of peace that our Lord gave us. May it renews our strength and may it gets us to commit ourselves to this hope which will never disappoints us.

Amen.

+ André Vingt-Trois, Archevêque de Paris

translation notes:
(1) la rentree: the return to sessions of the parliament
(2) la laicite : the citizenry, the body of people making up the " citizens " ...

French

Le don de l'Esprit-Saint que nous invoquons au cours de cette Messe de rentrée ne sera certainement pas superflu pour la vie politique de notre pays au moment où nous entrons dans une série d'élections importantes : présidentielle, législatives et municipales. Mais l'Esprit-Saint peut-il avoir quelque chose à faire dans ce débat ? Il n'est pas futile de se poser la question. A la lumière de la Parole de Dieu, telle qu'elle nous est proposée ce soir, je voudrais évoquer avec vous un moment le don de l'Esprit fait par le Christ dans le Mystère de sa Résurrection et ce qu'il nous permet d'oser mettre en œuvre dans la vie publique.

1. L'espérance en l'avenir.

L'épître aux Romains de saint Paul nous propose la vision chrétienne du cours des choses et de l'histoire des hommes. L'Apôtre nous invite à considérer que la réalité de ce monde n'est pas vouée à l'échec et au non-sens ou au non-être. Chaque génération est appelée à faire face à ses difficultés, mais les embûches et les tracas qui marquent autant chaque vie personnelle que la vie de nos sociétés ne sont pas la clef de notre histoire. Nous sommes dans des douleurs qui ne sont pas les douleurs de la mort, mais les douleurs de l'enfantement.

Beaucoup de nos contemporains sont atteints par le scepticisme ou le cynisme : à quoi bon proposer des solutions, il n'y a rien à faire… A quoi bon choisir des hommes et des femmes pour conduire les affaires du pays, puisque, en tout état de cause, cela ne changera rien… Dans ce contexte, c'est la grandeur et le mérite de celles et de ceux qui se proposent à nos suffrages que de relever les défis du temps présent et de s'employer à proposer des remèdes.

Comment vont-ils briguer les suffrages pour convaincre ? Vont-ils promettre à chaque catégorie de Français une assistance plus généreuse qu'auront à payer les générations suivantes ? Ou vont-ils s'efforcer d'exprimer une vision du bien commun qui mobilise les énergies ? Comment vont-ils puiser le courage de dire les choses telles qu'elles sont et non pas telles qu'on les rêve ? Comment rendre confiance en l'avenir sans exprimer une certaine vision de notre " vivre ensemble " et des tâches auxquelles notre pays doit faire face?

Il me semble que ce courage de la vérité qui seule peut rendre l'espérance demande une lucidité et un désintéressement particuliers. Seul ce courage permet d'échapper à la démagogie et d'affronter les problèmes réels sans les contourner. Beaucoup des élus de la nation sont convaincus de la nécessité de ce courage. Beaucoup s'efforcent de le vivre. Beaucoup s'y réfèrent dans les dialogues particuliers. Je vous invite à prier pour que cette lucidité et cette vigueur ne s'effritent pas dans la chaleur des campagnes électorales.

2. Le respect des hommes.

Ce serait mépriser la raison des électeurs que croire qu'ils se déterminent principalement sur des critères de publicité médiatique ou en fonction de leurs seuls intérêts particuliers. Ce serait mépriser les électeurs que les juger inaccessibles aux intérêts généraux du pays et incapables de comprendre et d'accepter les réformes nécessaires. Ce serait mépriser les électeurs que croire que la masse d'informations dont ils disposent ne fait pas évoluer leur perception du monde et des enjeux internationaux.

Au contraire, une période électorale intensive peut être une occasion de développer chez beaucoup le sens du bien commun et de l'intérêt général. Est-il permis, en outre, de suggérer que les candidats qui assument cette dimension pédagogique de l'élection font un bon calcul car ils développent déjà les moyens préalables à l'exécution d'une politique responsable ?

3. Les convictions et l'exercice du pouvoir.

Pouvons-nous aller plus loin dans cette référence à la raison humaine pour la gestion des affaires publiques? Solliciter le suffrage des électeurs suppose de leur dire quelque chose de vrai sur les programmes qui pourraient être mis en œuvre. Les promesses mirobolantes n'abusent personne et ont plutôt pour effet de décrédibiliser ceux qui les font.

Mais les électeurs sont en droit de demander plus encore à ceux qui espèrent leurs voix. Ils doivent connaître, et clairement, leurs convictions sur un certain nombre de questions fondamentales pour l'avenir de l'espèce humaine et pour le respect de la dignité humaine dans notre pays. Nous pouvons sans doute nous réjouir qu'un certain nombre de candidats, potentiels ou déclarés, aient fait connaître leurs projets d'action sur quelques-unes de ces questions. On serait heureux de les entendre sur d'autres sujets qui concernent plus largement nos concitoyens.

Jusqu'où accepteront-ils d'aller dans l'instrumentalisation de l'être humain pour la recherche scientifique? Comment comptent-ils traiter la question de l'accueil des étrangers dans notre pays ? Quels moyens vont-ils mettre en œuvre pour une meilleure intégration de la jeunesse et son accession au travail ? Comment envisagent-ils de gérer l'évolution démographique de notre société et le partage économique nécessaire qu'elle entraîne ? On pourrait facilement allonger cette liste ou la détailler, mais vous connaissez ces sujets mieux que moi.

En tout cas, la pire des réponses serait d'annoncer une conviction personnelle généreuse, apte à séduire un électorat bienveillant, mais qui serait abandonnée au nom des responsabilités du pouvoir. Il est compréhensible qu'un programme économique soit adapté en raison des évolutions de la situation. Mais il n'est pas admissible, vous le savez bien, de professer des convictions humanistes "à titre privé" et de les contredire quand on a la responsabilité et le pouvoir de les défendre et de les traduire dans la législation.

4. La paix et la sécurité.

L'Évangile selon saint Jean fait retentir la promesse de la paix que le Christ donne à ses disciples. Elle est reprise, vous le savez, en chaque Messe, avant la communion. La paix est une aspiration légitime de toute personne humaine. C'est pourquoi la promesse que le Christ fait aux siens de leur donner sa paix nous paraît tellement correspondre à une attente générale. Sans doute, prêtons-nous moins d'attention à la suite de son propos : " Ce n'est pas à la manière du monde que je vous la donne. " La paix que le Christ promet, et qu'il donne effectivement, n'est pas la simple régulation sociale de la violence, mais la paix complète de ceux qui vivent dans la réconciliation de Dieu en qui s'apaisent toute récrimination contre les autres et tout ressentiment contre soi-même.

Nous savons bien qu'il n'est au pouvoir d'aucun gouvernement d'apporter cette paix qui dépasse de loin les contraintes d'une légitime sécurité. Du moins, cette promesse nous permet-elle de mesurer modestement les limites de la domination de la violence par la force de la loi républicaine. Il est certes du devoir des responsables de la sécurité publique de mettre en œuvre les moyens nécessaires à la sauvegarde de la paix civile. Mais ils savent que cette sécurité imposée n'est que le premier degré d'une véritable paix sociale.

La paix entre les citoyens ne peut se réduire à ce premier degré, elle nourrit une ambition plus haute: faire progresser les conditions favorables à une coexistence pacifique entre les membres du corps social. Ces conditions favorables sont d'abord, évidemment, le respect des convictions religieuses et culturelles particulières, à quoi doit contribuer l'éducation à une laïcité authentique. C'est aussi un investissement déterminé de la puissance publique dans une répartition équitable des ressources et des charges communes. C'est enfin la mise en œuvre des moyens politiques pour le développement des corps intermédiaires qui contribuent à la création et au développement du tissu social: familles, associations, syndicats, etc..

La sécurité et la paix dans notre pays dépendent évidemment de nos relations avec le monde. Ce serait une illusion de croire que la fermeture de notre pays aux économies et aux cultures étrangères serait un gage de sécurité et de paix. Il ne peut pas y avoir de paix durable dans un pays sans un engagement fort dans le dialogue et la coopération avec les autres pays pour faire progresser une plus juste répartition des richesses humaines et un plus réel partage des risques naturels ou économiques.

C'est donc d'abord l'éducation à la solidarité qui construit la paix, non le repli sur nos acquis. La contrainte peut être un moyen nécessaire pour accompagner les progrès de l'intégration à la vie sociale. Elle ne saurait s'y substituer en aucun cas.

En évoquant rapidement quelques unes des questions qui vont s'imposer à notre corps social dans les mois qui viennent, j'ai conscience de rejoindre un certain nombre des interrogations qui habitent vos pensées et qui animent votre action au service de vos concitoyens. J'ai surtout conscience d'avoir formulé des objectifs qui dépassent les possibilités humaines individuelles et font mieux ressortir la grandeur du mandat reçu des citoyens.

Mais permettez-moi du moins de vous partager le fondement de mon espérance pour l'avenir. Sans doute nous n'avons pas à attendre le ciel sur la terre. Sans doute aucune majorité si forte soit-elle ne pourra mener à bien toutes les tâches qui lui incomberont. Sans doute devrons-nous encore longtemps supporter que notre pays soit confronté à des épreuves diverses. Mais la vitalité de notre pays, la générosité des hommes et des femmes qui s'engagent sincèrement dans un service désintéressé de leurs concitoyens sont des réalités et elles peuvent changer beaucoup de choses. Les épreuves inévitables dans toute existence humaine comme dans l'histoire de toute société peuvent devenir les douleurs d'un enfantement si nous les vivons dans une réelle solidarité, si nous construisons une fraternité qui donne son fondement à la liberté et à l'égalité. C'est notre mission à nous, chrétiens, de reconnaître la force divine, l'Esprit du Christ, qui habite tout effort des hommes pour construire un monde meilleur. Ce qui motive notre engagement au service de la construction de la société, ce qui refait nos forces lorsque nos combats paraissent vains aux yeux des hommes, c'est que nous savons que Dieu prépare pour nous le monde nouveau et que chacun de nos efforts, ce que saint Paul appelle nos " gémissements ", - ceux de tous les hommes et de la création entière -, forment le matériau que l'Esprit pourra transfigurer. En cette Eucharistie, accueillons déjà le don de la paix que nous fait le Seigneur. Qu'il renouvelle nos forces et qu'il nous donne de nous engager dans l'espérance qui ne déçoit pas.

Amen.
+ André Vingt-Trois, Archevêque de Paris

Texte sur LibertePolitique.com: click here

 


Le blog de la Bergerie    Home    Site Map   Articles    Prayers   Cooking   Photos   Books    FAQ    Links    Contact Us